lundi 9 novembre 2015

Retour sur ces longs mois d'attente

Petit flashback sur notre parcours pour avoir notre petit bébé tant désiré et tant attendu.

Février 2013 : Notre voyage de noce en Thaïlande
Quel bon moment pour décider de stopper la contraception. On se dit que nous ne sommes pas pressés, que ça viendra quand ça viendra.

Fin mars 2013
Presque 2 mois sans pilule et toujours pas de règles, par contre l'acné fait son retour en force.
Je suis un peu inquiète, je contacte mon gynécologue qui m'affirme par téléphone que tout est normal.

Fin avril 2013
Face à cette aménorrhée qui persiste, ma généraliste me prescrit une échographie pelvienne.
Bilan : j'ai des ovaires polykystiques (OPK)
Après une recherche rapide sur internet, je comprend très vite qu'il ne va pas être si simple pour moi de tomber enceinte.

Fin mai 2013
Je rencontre un gynécologue spécialiste de l'infertilité.
Après une nouvelle écho, il confirme le diagnostic et me prescrit un bilan sanguin.

Début juillet 2013 : 1ère stimulation
Mes analyses sont correctes
Mon gynécologue me prescrit un traitement pour stimuler mes ovaires (GONAL F)
Une infirmière viendra à domicile me faire les injections.
Cette première stimulation ne donnera aucune ovulation.
On laisse passer l'été.

Octobre 2013
Hystérographie pour moi et spermogramme pour le chéri.
Les examens sont OK.

Novembre 2013 : Nouvel échec
On tente un nouveau traitement (clomid) qui ne donne toujours rien.
Le gynécologue me propose donc un drilling ovarien qui consiste à faire des petits trous dans les ovaires pour évacuer tous les petits kystes qui empêchent toute ovulation.

2 Janvier 2014 : l'opération sous anesthésie générale
La coelioscopie exploratrice a permis de mettre en évidence une endométriose et une grosse infection sur l'ovaire et la trompe gauche.
Le drilling ovarien s'est bien passé

Février 2014 : Bilan post op
Mes ovaires sont redevenus normaux mais mon médecin m'explique que les OPK finiront forcément par revenir. Il faut donc qu'une grossesse s'installe rapidement.

Mars 2014
On retente le clomid qui donne bien une ovulation. J'ai mes règles pour la première fois depuis 1 an.

Avril à juin 2014 : Échec des rapports programmés
Les stimulations ovariennes (sous Fostimon - injections que je réalise moi-même) provoquent bien des ovulations mais toujours pas de grossesse à l'horizon.
On se revoit en septembre pour la prochaine étape : insémination artificielle (IAC).

Juin 2014
Mon moral est au plus bas. Je suis obsédée par cette grossesse qui ne vient pas. Je déprime, me coupe du monde de plus en plus.
 Je décide de faire un break dans le traitement et prend rendez-vous avec une sophrologue pour apprendre à lâcher prise.

Août 2014
Fin des vacances, retour des examens (re bilan sanguin et re spermogramme)
Je vais mieux, je suis plus sereine.

4 septembre 2014 : Rendez vous gynéco
A l'écho, mes ovaires sont toujours normaux mais aucune ovulation à l'horizon (il me semblait pourtant en avoir senti une ... ;-)))) )
Il me prescrit mon traitement de stimulation à commencer à J2 du prochain cycle en vu de l'IAC.

12 septembre 2014 : Toujours pas de règles
Mes dernières règles datent du 13 août. Je suis partagée entre espoir et peur que mes ovaires débloquent à nouveau.
Pendant les courses, j'achète un test de grossesse.

13 septembre 2014
Mon mari ne veut pas que je fasse le test, il n'y croit absolument pas.
C'est la soirée d'anniversaire de ma belle-soeur, je profite de la fête et boit du champagne !

Dimanche 14 septembre 2014 : Un des plus beaux jours de nos vies
En fin d'après midi, sur un coup de tête, je monte dans la salle de bain pour faire le fameux test.
A ma plus grande surprise, en moins d'1 seconde, le "+" tant attendu apparaît.
Mon coeur s'arrête...
C'est le début d'une nouvelle aventure

Avec le recul je me rend bien compte que ce n'est rien par rapport à ce que peuvent vivre d'autres couples. Mais ces mois d'attente m'ont mis plus bas que terre. Heureusement mon mari a été mon pilier, il m'a soutenu, rassurée. 
J'ai eu également la chance d'avoir un médecin compétent qui n'a pas laissé traîner les choses, j'ai été prise en charge très rapidement.
J'espère que cet article pourra donner un peu d'espoir à celles et ceux qui attendent désespérément.
Tout est possible, il faut garder espoir...






3 commentaires:

  1. On est nombreuses à passer par ce genre d'épreuves mais il arrive souvent que le bonheur soit au bout du tunnel!!! ;)

    RépondreSupprimer
  2. Heureusement qu'on oublie vite ces galères quand on tient nos petites merveilles dans nos bras ❤️

    RépondreSupprimer
  3. Magnifique, j'en ai les larmes aux yeux !

    RépondreSupprimer