vendredi 21 août 2015

Mon bébé prématuré # 3

Pendant ma grossesse à risque ma plus grande crainte était d'être séparée de mon bébé à la naissance. C'était d'ailleurs ce dont j'avais le plus peur lorsque je suis arrivée aux urgences gynécologiques ce dimanche matin. Heureusement je fût vite rassurée car la sage femme m'a tout de suite parlé d'un nouveau service présent dans l'hôpital : 

l'unité kangourou

L'unité kangourou permet à la maman d'être hospitalisée en chambre avec son bébé quand il y a une grossesse à risque ou un accouchement compliqué ou difficile. Il faut bien-sûr que la santé du bébé le permette. Dans le cas d'un accouchement prématuré par exemple, il faut que le bébé naisse avec un terme de minimum 34 SA et que bien-sûr il n'est pas de difficulté respiratoire ou cardiaque qui le conduirait directement en neonat.

La sage femme a donc immédiatement contactée le service et par chance une chambre était disponible pour nous si j'accouchais dans la journée. 
Pas de suspense, vous savez que j'ai mis mon petit garçon au monde le soir même.
Malgré sa prématurité, il était capable de respirer tout seul (je remercie d'ailleurs mon gynécologue qui avait prévu le coup en faisant les injections de corticoïdes) et n'avait pas de difficultés cardiaques.

L'unité kangourou est située au même niveau que la maternité, elle comprend 6 chambres et une puéricultrice est dédiée uniquement à ce service ouvert il y a tout juste 6 mois.

Mon petit coeur est monté vers 20h30 alors que de mon côté je suis restée 2 heures en salle d'accouchement et c'est donc vers 22 heures que j'ai pu enfin aller en chambre.
Après un repas attendu mais franchement pas top, mon petit bébé m'a rejoint, la puéricultrice l'a mis dans sa couveuse située juste à côté de mon lit.

Nous avions à ce moment là 2 semaines ensemble devant nous.
Pour que bébé puisse sortir à l'issu de ce séjour, il devra entre autre être autonome au niveau alimentaire et peser plus de 2kg (ce qui était déjà le cas). Si ces conditions ne sont pas réunies, il devra malheureusement aller en néonat.

Entre joies, désespoirs, peurs, rires et larmes,
je crois bien que ces 2 semaines furent les plus longues et les plus intenses de ma vie.





2 commentaires:

  1. J'ai accouché prématurément dans un hôpital qui ne pouvait malheureusement pas prendre en charge les bébés nés trop tôt. Mon fils est arrivé à 34SA, il pesait déjà à notre grand soulagement 2,460kg et pouvait respirer seul. Après avoir serré mon bébé contre moi durant 45 mn, il a été transporté par le SMUR pédiatrique dans un autre hôpital pour être hospitalisé en service de néonatalogie pour 3 semaines. J'ai pu être transférée à mon tour dans ce même établissement que le lendemain après-midi... Puis, après ma sortie nous avons dû faire des allers-retours à l'hôpital tous les jours pour aller rendre visite à notre Petit Coeur. Ce n'est que lorsqu'il a été autorisé à sortir que j'ai pu intégrer durant deux jours une chambre mère-enfant. Je ne garde pas un bon souvenir de ces moments. Sa naissance a été soudaine, sans signes avant-coureur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis touchée que tu laisse un commentaire sur mon blog. J'ai en effet découvert le tien lorsque j'étais allitée pendant ma grossesse. J'avais peur qu'il m'arrive la même chose que toi et c'est finalement ce quil s'est produit, à 34+3. De mon côté je savais que j'étais à risque, c'est pourquoi je me suis rendue dans une maternité de niveau 3 lorsque j'ai ressenti les contractions. J'ai eu beaucoup de chance que cette unité kangourou existe j'ai pu éviter la séparation. Ca na vraiment pas du être simple pour toi. Heureusement nos bébés sont nés en bonne santé. Nos parcours sont très similaires et j'espère que tuapprécieras suivre mes aventures autant que j'adore suivre les tiennes ! A bientôt

      Supprimer