mercredi 26 août 2015

"Il a fait son choix "

On m'avait pourtant prévenue et même si j'avais bien du mal a y croire, ça a fini par arriver.

Depuis le début, mon bébé a connu le biberon. D'abord par nécessité, ensuite par confort.

Pourtant c'est bien un des premiers conseils (avertissements) qu'on donne aux mamans qui donnent le sein : éviter au maximum biberons et tétines au risque de mettre en péril l'allaitement, bébé se rendant vite compte de la facilité de s'alimenter au biberon. Une puéricultrice m'avait même dit "il en suffit d'un !" Ca me paraissait quand même aberrant...

Durant ses 3 premières semaines de vie, mon petit cœur ne sachant pas téter au sein, le biberon a donc été évité le plus possible, lui préférant le dal au doigt ou la seringue. Il y a quand même goûté à plusieurs reprises.

Ensuite, en rentrant a la maison, j'ai tout de même attendu ses 6 semaines avant de lui redonner un biberon de mon lait tiré. Enfin pas moi, le papa. C'était du confort : je pouvais me coucher plus tôt, laissant à mon mari le soin de donner la dernière tétée. Je pouvais également sortir, aller chez le coiffeur ou chez le médecin sans craindre d'affamer mon enfant.

Voilà c'était notre petite routine depuis 4 mois. Et puis depuis une quinzaine de jours, mon bébé pleurait en début de tétée, je devais marcher et le bercer pour qu'il commence à se nourrir. Bizarre, bizarre.

J'ai tout de suite pensé à la grève de la tétée. J'avais raison, aujourd'hui c'est flagrant : il refuse clairement le sein, ne mange pas même si je le berce, je dois impérativement lui donner un biberon. Bon pour l'instant il ne le fait pas à chaque tétées, surtout celles de la journée, où il est bien réveillé. La nuit j'ai encore le droit à ces moments de douceur...

Lors de la visite des 4 mois. J'en ai parlé à la pédiatre (qui est spécialiste de l'allaitement), et elle a confirmé mes craintes : "il a fait son choix" m'a-t-elle dit. Elle m'a tout de même conseillé d'essayer de lui donner le sein a chaque fois et m'a encouragé à continuer le tire-allaitement tant que je le pouvais (pour l'instant petit cœur n'a jamais eu de lait artificiel). Elle m'a également dit que ça pouvait n'être qu'une passade et ne durer que quelques jours.

Bon, je ne comptais pas allaiter mon garçon éternellement mais j'aurais aimé le faire 6 mois, comme cela est recommandé par l'OMS et j'avoue que je voulais un sevrage tout en douceur, une belle transition, une dernière jolie tétée. Là c'est franchement brutal, limite blessant... !

Alors en attendant je m'accroche. Je tire mon lait a chaque fois qu'il a un biberon, histoire de maintenir ma lactation. Je lui propose le sein systématiquement. Je ne me vexe pas :-) et on a du lait en poudre au cas où...

Et vous, avez vous déjà vécu cette grève de la tétée ? Votre sevrage s'est il fait en douceur ou brutalement ?

En plus il a un biberon de fille, la honte !!!

2 commentaires:

  1. Chez moi, je dirais un mixte entre les deux ...
    J'ai trouvé du travail à ses 5 mois ... il a donc bien fallu introduire le biberon pour le nourrir chez la nounou : il a fallu 2 semaines et plusieurs testes de tétine pour qu'il accepte le lait maternel au biberon, puis ensuite 4 semaines pour le lait artificiel ...
    Et un matin, du jour au lendemain, sur un énième change change de biberon, il a accepté le lait artificiel. A partir de là, je n'ai pas voulu prendre le risque de lui reproposer de sein ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De mon côté je ne reprend le travail qu'au mois de janvier. J'ai donc du temps devant moi !
      Il est vrai que je m'inquiète aussi de savoir s'il va accepter le lait artificiel d'autant plus qu'il est allergique à la protéine de lait de vache il aura donc un lait spécial qui n'est pas très bon selon ce que j'ai pu en entendre ...

      Supprimer